lundi 26 janvier 2009

La femme au volant…

"Les deux milieux où le machisme le plus archétypal subsiste sont la politique et la route. Alors il faut bien qu’elles s’imposent". C’est par ces mots que la psychologue Marie-Pascale Laurent explique la "virilisation" du rapport femme-voiture. En effet, qu’il s’agisse des constructeurs automobiles, des psychologues, des inspecteurs du permis de conduire ou des forces de l’ordre, tout le monde (oserons nous dire: tous les hommes?) constate que la femme a pris possession de l’automobile. Bien que généralement plus calmes au volant, certaines amazones ont une (fâcheuse) tendance à se radicaliser au volant, considérant, comme les hommes, que la voiture est un espace individuel et personnel, un lebens welt temporaire. De fait, elles montrent depuis quelques années un penchant évident pour les gros 4X4 ou les coupés sports, et laissent pantois les Fangio(s) de plus en plus nombreux qui se voient retourner leurs insultes machistes par des conductrices décomplexées.
La plupart des spécialistes estiment que l’homme, au volant depuis 50 ans, a globalement fait le tour de sa voiture, et s’intéresse dorénavant beaucoup plus à sa sécurité ou à sa consommation de carburant qu’aux signaux sociaux que renvoyait jusque là son véhicule. Paradoxalement, la femme semble vouloir conquérir ce dernier espace de liberté, et intéresse donc de plus en plus les publicistes, qui la placent en tant qu’acteur (Chérie, tu me prêtes ta 106?), plutôt qu’en faire valoir (Il a la voiture, il aura la femme!).
Pedro
video

Aucun commentaire: