samedi 3 janvier 2009

Pour une économie des transports collectifs?

Langue_English - petit

Depuis le fameux “Grenelle de l’environnement”, hommes politiques et parties prenantes de tout bord appellent de leur vœux le développement de transports collectifs.

Voici une synthèse dont l’objectif est d’offrir un aperçu de la viabilité, aujourd’hui, d’un tel souhait.

Transports collectifs

Automobile

Avantages - Moins de véhicules sur les routes
- Pollution: plus ou moins faible suivant les méthodes adoptées
- Coût moindre pour l’usager
- Déjà très développés en milieu urbain
- Possibilité de se déplacer en tout lieu, à tout moment
- Pollution: plus ou moins forte suivant le type de véhicule utilisé
Inconvénients - Ponctualité
- Mouvements sociaux à répétition pénalisant les usagers
- Difficulté à couvrir le milieu rural mal
- Coûts: achat, entretien, carburant, assurances
- Accidentogène
Soutiens - Etat: Ministère de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement durable et de l’Aménagement du territoire
- Associations et lobbies écologistes
- Citoyens: milieu urbain
- Etat: Ministère de l’Economie, de l’Industrie et de l’Emploi
- Lobby automobile et nombreuses industries de la filière automobile dont dépendent de nombreux emplois
- Citoyens: milieu rural
Freins - Syndicats: dans l’automobile ET les transports publics
- Lobby automobile
- Syndicats: dans l’automobile ET les transports publics
- Lobby écologiste

A l’heure actuelle, la charrue a été mise avant les bœufs. Il serait plus judicieux de CREER un réseau dense et fiable de transports collectifs avant de forcer à tout prix (exemples: coût prohibitif du stationnement, malus écologique, etc.) les automobilistes à abandonner leur véhicule pour préférer les transports en commun. D’autres mesures, telles que la prime aux transport qu’auront (peut-être) l’obligation de verser les employeurs à leur salariés, cesseront d’être des absurdités et auront une raison d’être.

Par ailleurs, les transports collectifs français demeurent encore trop lourdement pénalisés par le comportement des syndicats des transports collectifs publics qui, comme à leur habitude, s’opposent avec virulence à toute forme de concurrence et de privatisation du marché. De nouveaux arrivants seraient pourtant les bienvenus dans le paysage des transports français. Hélas, notre immobilisme sera une fois de plus puni par la loi européenne sur la libre-concurrence et le marché profitera alors aux entreprises concurrentes étrangères, aucune entreprise française du secteur n’étant de taille à résister à la déferlante allemande qui se prépare (allusion à l’affaire “SNCF-Deutsche Bahn”, bien entendu).

Joe

Aucun commentaire: