vendredi 6 février 2009

"The Extreme Bentley": la Bentley la plus puissante roulera au bioéthanol



Le 3 mars prochain, Bentley dévoilera au 79ème Salon International de l’Automobile de Genève, sa première voiture verte qui sera la plus rapide et la plus puissante jamais fabriquée par le constructeur anglais.

Baptisée "The Extreme Bentley", ce petit bijou, propulsé aux biocarburants n’est que le premier d’une série de véhicules verts qui verront le jour à compter de 2012.

Effectivement, il y a un an, le constructeur avait annoncé ses intentions d'inclure le bio-éthanol dans sa stratégie à court terme.

Pour en savoir plus sur la stratégie environnementale de Bentley, un site dédié: http://www.bentleyflexfuel.com/


Martine

6 commentaires:

François a dit…

Construire un monstre de la route avec ses 612 chevaux et un W12 lui permettant de dépasser les 330 km heures mais se donner bonne conscience en incorporant un bio carburant, tel est le pari de Bentley!! J'en suis sceptique. Certes cela en fait une voiture "politiquement correct", mais un tel moteur consomme tellement de carburant que même si ce dernier est bio la pollution générée atteint toujours des sommets!!! Bref, même les marques de prestige tentent de se mettre au vert mais je doute sincèrement de l'intérêt de cette démarche...

Joe a dit…

Cela restera toujours moins polluant qu'une Bugatti Veyron 16.4: voiture la plus rapide du monde avec 415km/h, 1001 chevaux, environ de 20... à 100L/100km suivant utilisation! 574g de CO2 émis / km! Heureusement, cela ne reste qu'un objet de plaisir (il en faut!)... plaisir à plus d'1 million d'euros quand même! En tout cas, c'est beau!

Anonyme a dit…

Que penser de cette analyse sur l'industrie auto en France ?
http://economicefficiency.blogspot.com/2009/01/france-denies-law-of-supply-and-demand.html

Joe a dit…

Pour avoir un temps travaillé pour un grand constructeur européen, PUIS occupé des fonctions en Ressources Humaines durant quelques années, je peux vous affirmer que l'analyse qui est faite par le blogueur à l'adresse que vous avez communiquée est très simpliste et erronée... hélas beaucoup de raccourcis sont faits.

Il s'agit clairement d'un Américain qui a eu de nombreux cours d'économies avec les fameuses courbes de l'offre et de la demande (cela rappellera des souvenirs à certains!), mais qui ne semble pas avoir relativisé l'équilibrage tout relatif entre les deux mécanismes (offre et demande). Je ne vais pas entrer dans un cours d'économie mais je souhaite juste rappeler que l'économie ne se résume pas aux deux seuls facteurs que sont le prix et les quantités.

Cette analyse contient d'autres clichés, comme par exemple (je cite) "le syndiqué français qui travaille 35 heures par semaine, prend 6 semaines de vacances par an et se met en grève dès qu'à la cantine le vin ne s'accorde pas correctement avec le foie gras"... éloquent! Cela se passe de commentaire.

Néanmoins, je ne jetterai pas la pierre à cet Américain puisqu'il nous arrive également en France de commettre ce genre de cliché culturel, typique d'une cruelle carence en voyages! Pour anecdote, lorsque je suis parti vivre et travailler en Californie après le 9-11, j'ai été choqué que de jeunes gens me demandent si en France nous avions des voitures "Ford" et la télévision (deux inventions européennes!)... on sent là l'influence des médias anti-Français après le refus de prendre part aux opérations irakiennes.

Pour finir, qu'est-ce qui est préférable?
- méthode américaine: on injecte des milliards de dollars pour éponger les dettes, et on recommence comme avant.
- méthode franco-européenne: on injecte des milliards d'euros, à condition que les entreprises qui reçoivent ces aident ne délocalisent pas à l'étranger. Il y a une nuance entre fermer une en France, et la fermer pour rouvrir en Chine!. Cela ne garantie pas dire que les leçons seront retenues!

coccinelle a dit…

Je me permets d'intervenir au sujet de "the extrême Bentley" alimentée au bioéthanol. Comme le dit François, c'est se donner bonne conscience, et encore ! Savez-vous que le bioethanol est fabriqué à partir de céréales, de bettraves ou de déchets de bois en Europe et de canne à sucre au Brésil et en Australie. Il s'agit là pour la plupart de végétaux alimentaires qui participent par leur culture (souvent intensive)à la diminution des cultures vivrières et à la déforestation. Les Etats offrent même des subventions pour produire les matières nécessaires à la fabrication du bioethanol mais oublient que les hommes, sans doute futurs acheteurs de ces voitures dites "écologiques", ne se nourissent pas encore de biocarburant, eux ! Certes, la recherche a déjà réussi à mettre au point des biocarburants dit de "deuxième génération", pour alimenter les moteur d'avion par exemple, mais la problématique de l'agriculture vivrière reste ouverte !

Pierre a dit…

Je pense qu'il faut tout de même relativiser. C'est avec ce genre de modèles utilisant de la "haute technologie" que le monde automobile dans son ensemble progresse. C'est avec des modèles haut de gamme et avec le sport automobile que sont nées certaines innovations: boîte séquentielle, freins carbones...