dimanche 15 mars 2009

La “voiture verte” chinoise

pollution chine

Ces derniers mois, l’une des priorités annoncées du gouvernement chinois en matière d’automobile était la campagne pour le développement des véhicules plus propres (électricité, hybride, etc.).

Deux problèmes émergent alors:

- Le prix de vente des véhicules en question (il peut parfois être deux fois plus cher que celui d’un véhicule traditionnel)

- Les infrastructures permettant de recharger de tels véhicules en électricité sont, pour l’heure, inexistantes, d’autant que la surface géographique à couvrir est gigantesque(1).

Pour pallier le premier problème, l’Etat octroie depuis janvier jusqu’à 500.000 yuan (57.000 euros) de subventions aux organisations qui achètent ce type de véhicules afin de constituer leurs flottes. Hélas, rien n’a encore été fait en la matière au niveau des clients particuliers. On comprend en effet une telle hésitation du fait de la taille du marché chinois, démesuré. Comme Intelcar l’avait déjà expliqué, la Chine a d’ailleurs surpassé pour la première fois le marché américain en volume vendu. Pourtant, cette solution est à considérer afin d’accélérer l’équipement des ménages chinois car le pays est, avec les Etats-Unis, le l’un des plus gros émetteurs de gaz à effet de serre de la planète.

Concernant le déficit d’infrastructures, le problème est là encore financier. A l’heure où le gouvernement chinois est occupé à essayer de concentrer la centaine de constructeurs d’automobiles présents dans ses provinces, il semble que le “plan voiture verte” soit relégué pour un temps au second plan… un marché à exploiter pour les marques occidentales et japonaises déjà très avancées en la matière!

Joe

Source:
- Thomson Reuters: http://www.reuters.com/article/reuterscomService5/idUSTRE52C1A420090313

(1) La Chine est le 3ème plus grand pays du monde avec 9.596.960 km²… presque la surface de l’Europe (source: CIA, The World Factbook 2009)!

9 commentaires:

Olivier a dit…

Une voiture électrique coûte exactement le même prix qu'une voiture à pétrole.

La batterie, c'est de l'e-gasoline.
C'est l'innovation clé du business model BetterPlace.

Imaginez vous un seul instant que l'on fasse payer aux automobilistes la totalité de l'essence qu'il vont consommer en 10 ans à l'achat du véhicule ? Plus personne n'acheterait de voiture à essence !

Et le coût d'une infrastructure de recharge est marginal.

Plus d'informations ici:

Pourquoi circuler en voiture électrique coûte-t-il bien moins cher que de circuler en voiture à pétrole, à éthanol ou à biodiesel algal ?
http://www.electron-economy.org/article-29026478.html

Olivier a dit…

Voir aussi:

La Chine veut se couvrir de stations de recharge de voitures électriques
http://www.electron-economy.org/article-25875695.html

Anonyme a dit…

BYD sort cette année un crossover integralement électrique, la E6 présentée au salon de Detroit.
Son autonomie est de 400 km, sa vitesse de pointe est de 160 km/h, la durée de vie des batteries est de 300 000 kms, et une demi charge peut être effectuée en 10mn sur une borne spéciale.

A suivre ...

Joe a dit…

@ Olivier: merci pour ces liens et pour cet éclairage. Je suis tout à fait d'accord concernant votre analyse. Mais alors, comment expliquez-vous le différentiel de prix (je ne parle pas de coût) entre un véhicule traditionnel et un véhicule électrique? La marge commerciale plus élevée permet aux constructeurs chinois de commencer à obtenir un retour sur investissement pour ces technologies "alternatives" dont les coûts de R&D doivent être amortis... retour sur investissement effectué depuis des lustres pour les véhicules à essence, c'est d'ailleurs pour cela que la marge commerciale sur un véhicule en Europe dépasse rarement les 5% du prix de vente, les constructeurs ne cherchent plus à faire de bénéfices dessus (ils préfèrent pour cela les pièces de rechanges et les services financiers).

Exemple parmi d'autres (cf. article de la Reuters): la BYD F3DM (un hybride) chinoise se vend à environ 17.000 EUR... soit presque le double d'un véhicule traditionnel en Chine. Les faits sont là.

Concernant le problème des infrastructures: des bornes à recharge rapide existent en effet, mais à 15.000 EUR la borne je ne vois pas vraiment où Sinopec et CNPC (les 2 plus importantes compagnies pétrolières du pays), même aidées des constructeurs chinois, peuvent trouver les fonds nécessaires pour couvrir un pays qui fait la taille de l'Europe. Ce n'est, comme vous l'avez sous-entendu, pas en faisant porter la charge aux consommateurs... reste l'Etat chinois, et ce dernier n'entend visiblement PLUS en faire une priorité A L'HEURE ACTUELLE. En matière d'automobile, la priorité de l'Etat est de (re)structurer son marché intérieur éclaté de constructeurs. Olivier, comme le dit votre article, la Chine veut se couvrir de stations de recharge et de voitures électriques, mais cela ne veut hélas pas dire qu'elle le fera: sur le plan de la politique général du pays, d'autres chantiers passent largement en avant: défense, approvisionnement énergétique et grands chantiers. Il ne faut pas demander à la Chine de faire en quelques années ce que l'Occident s mis des décennies à COMMENCER à accomplir.

---------------------

@ Anonyme: merci pour cette précision, BYD est en effet une entreprise très dynamique et très à la pointe en Chine, à surveiller de près par les constructeurs occidentaux qui ont parfois tendance à avoir un sourire en coin lorsque l'on parle de voitures chinoises ou indiennes! Ne jamais sous-estimer ses adversaires!

Olivier a dit…

"comment expliquez-vous le différentiel de prix (je ne parle pas de coût) entre un véhicule traditionnel et un véhicule électrique?"

La batterie, c'est de l'e-gasoline.
Une voiture électrique, sans la batterie, coute le même prix qu'une voiture à pétrole.

Le coût de la batterie au kilomètre + le coût de l'électricité au kilomètre est inférieur au coût de l'essence au kilomètre.

C'est l'innovation clé du business model BetterPlace. BetterPlace vend des kilomètres. Mais beaucoup de personnes ont du mal à comprendre en quoi cette innovation est potentiellement révolutionnaire.

A propos des bornes de recharge:
- Pas besoin de bornes rapides en ville (rappelons qu'une voiture est stationnée 23 heures sur 24), les bornes rapides sont uniquement utiles le long des autoroutes et autres grands axes de circulation.
Une borne lente coûte environ 1000dollars.

Olivier a dit…

Avec BetterPlace, l'automobiliste achète le véhicule électrique et on lui fournit une batterie gratuitement. Ensuite, au lieu d'aller à la pompe à essence, il va à la pompe à kilomètres (prix englobant électricité/km + batterie/km)

http://www.betterplace.com/press-room/videos-detail/whats-better-place/

Olivier a dit…

3 experts de la Deutsche Bank ont publié un rapport intéressant sur le sujet. Plus d'infos ici:

http://www.electron-economy.org/article-27750660.html

Joe a dit…

Olivier,
Les liens que vous partagez avec nous sont très intéressants... mais je ne vois là rien qui soit adapté culturellement et économiquement à la Chine. Vous semblez commettre la même erreur que certains constructeurs européens qui croient pouvoir se contenter de dupliquer leur modèle économique en Asie ou en Amérique Latine (je ne parle pas de l'Afrique qu'ils ne considèrent pas comme un marché).
Allez en Chine, si ce n'est pas déjà fait, et vous constaterez sur place que le citoyen chinois lambda ne peut pas se payer ses automobiles car les solutions auxquelles vous faites allusions n'ont pas (ou si peu) cours là-bas. Seuls les Chinois les plus riches peuvent se permettre cela, et encore ils préfèrent en général se payer des Bentley et des Aston plutôt qu'une voiture électrique au design en général peu sportif et qui ne leur permet pas d'afficher leur réussite sociale.

Jean BON a dit…

La E6 BYD rappelle cette histoire de l’horlogerie française :
On s’est tellement bernés mutuellement sur nos certitudes des Glorieuses que les Japs ont avalé toutes nos industries horlogères. Pendant que nous nous entêtions à améliorer la montre mécanique, L’Asie a eu le courage de parier dans la recherche électronique pour industrialiser la montre à quartz.
Notre manque de courage politique leur a ensuite offert toute notre électronique grand publique que nous aurions du transmettre à nos enfants.
Comme nous n’avons aucun sens des responsabilités pour relancer aussi notre économie grâce aux technologies d’avenir écologiques, nous attendons stoïquement 2011 pour acheter toutes nos voitures chez les chinois et les Indiens.
Les cours de chinois scolaires obligatoires apprendront aux jeunes que nous serons devenus le leader mondial dans le traitement en masse des chômeurs en mécanique auto à explosion… sociale
Tant pis pour nos petits du millénaire à venir, tant mieux pour ces courageux Chinois et VIVE la E6 que beaucoup de petits européens seront obligés d’acheter, faute d’autre solution, à environ 20 000 € y compris avec des performances éventuellement 2 fois moins bonnes que celles annoncées pour cette BYD.
Le comble de l’égoïsme : Pourquoi faire sereinement aujourd’hui ce que nos enfants pourront faire demain dans le sang et dans les larmes ?
Un TIPPiste !