mardi 19 mai 2009

Ecologie dans le sport automobile, la Formule 1 épinglée


Retour en 2006 : le président de la Formule 1 de l'organisation, Max Mosley, avait promis une "révision verte" pour le sport automobile. De nouvelles règles obligeant l’utilisation de technologies vertes devaient être lancées pour 2009. Apparement ce n’est pas chose possible avant 2013. Les grosses équipes résistent. En attendant, la planète se réchauffe.

Il semble que les indiens soient en avance, puisqu’ils travaillent depuis plusieurs années déjà sur une voiture de course consommant du bioéthanol à 100 %. Les biocarburants sont loin d'être neutre en carbone, mais au moins l’Inde montre une volonté d'innovation.

Une voiture de
formule 1 émet toujours environ 1,5 kg de CO2 par kilomètre, soit neuf fois plus qu'une voiture familiale. Et ce n'est qu'un début, comme sa grande équipe de mécaniciens, les chauffeurs et leur trousse et hangers-on visiter le monde entier par le biais de l'été.

La F1 a toujours été un laboratoire pour l'industrie automobile, notamment en développant l'injection, les freins à disques et les vitesses sur le volant. L'avenir de la série est résolument tourné sur de meilleurs rendements énergétiques. Il est temps que les choses évoluent pour que le sport automobile ne soit pas épinglé comme mauvais élève en écologie.

Les constructeurs automobiles ne sont-ils pas encore convaincus des avantages d'une F1 plus verte ?

Aucun commentaire: